Actualités Actualités

GT Location

07/05/18 L’entreprise de location de PL avec conducteurs investit près de 5 millions d’euros dans le GNV…

  • 280 vues
  • Partager

Étude GNV

24/04/18 Émissions de NOx : le GNV confirme ses avantages à travers une nouvelle étude co-financée par l'Ademe.

  • 353 vues
  • Partager

Actualités GNV

Retour

Groupe Mauffrey

Groupe Mauffrey : « Notre flotte GNV va doubler cette année… »

Mauffrey / DR

 

Le groupe de transport et de logistique fait partie des entreprises pionnières dans l’adoption du GNV. 35 de ses 2100 véhicules roulent déjà au gaz naturel.  Ce chiffre va même doubler en 2018 ! Raphaël Planson, ingénieur projets et coordinateur environnement au sein de la société vosgienne, revient sur les avantages de cette énergie et sur la place spéciale qu’elle occupe dans l’activité du groupe.

 

Depuis quand le groupe Mauffrey a-t-il choisi de se tourner vers le gaz naturel ?
 

Le 1er tracteur gaz ayant pris la route en France, en mars 2012, était un tracteur de notre groupe. Ce véhicule GNC de 330 chevaux roulait alors en région parisienne. Après une année de test convaincante, nous avons acheté trois autres tracteurs gaz. Le GNV prend l’essor chez nous depuis 4 ans.

Mauffrey / DRVotre flotte compte également des véhicules GNL (gaz naturel liquéfié)…

 

Notre flotte GNV est composée d’environ 50 % de véhicules GNC et 50 % de véhicules GNL. Dans certains cas, ce sont les clients qui nous indiquent s’ils souhaitent utiliser l’une ou l’autre de ces énergies, après avoir mené leur propre étude d’optimisation. Dans d’autres cas, notre bureau d’études propose son expertise pour étudier des solutions techniques optimales, en fonction de plusieurs critères : trajets effectués, implantation des stations GNV, flux de transport…

 

[Cet article vous intéressera aussi : GNC, GNL, bioGNV : quelles différences ?]

De quelle façon mettez-vous le GNV en avant dans vos offres commerciales ?

 

 

Nous incluons le GNV dans presque tous les appels d’offre auxquels nous répondons, y compris lorsque cette énergie n’est pas un prérequis. Nous souhaitons être proactifs dans l’utilisation de cette énergie propre et démontrons au client que le GNV n’est pas si coûteux que certains peuvent le penser. Le surcoût qu’il représente est absorbé au-delà d’un certain nombre de kilomètres parcourus.
Nous essayons donc de faire découvrir au maximum cette énergie et d’inciter les clients à l’adopter. Ceux dont l’activité est basée dans les grandes agglomérations sont particulièrement concernés, en raison de l’évolution rapide des restrictions de circulation, notamment pour les véhicules gazole.
Par ailleurs, notre groupe possède un certain recul sur le GNV, car nous l’avons adopté il y a plusieurs années. Cela nous permet d’avoir un retour d’expérience sur le fonctionnement, l’entretien, les coûts de maintenance des véhicules, la formation des conducteurs…

logo mauffrey
 
 
 
 
Que représentent ces coûts ?
 

Concernant la formation, l’adoption du GNV nécessite beaucoup de pédagogie. Cela était particulièrement vrai il y a quelques années, lorsque la puissance des moteurs était plus faible. Aujourd’hui les choses ont changé, grâce à l’évolution de la puissance. Si certains conducteurs étaient un peu réticents à conduire au gaz, cela devrait considérablement s’améliorer grâce à l’arrivée des motorisations plus puissantes. Il faut néanmoins conserver un esprit pédagogique, notamment pour expliquer l’aspect non dangereux du gaz et les bonnes pratiques lors des pleins notamment en GNL (port d’EPI).
Le groupe Mauffrey a donc mis en place des formations spécifiques via son centre « Trans-Formation » (10 formateurs + 50 conducteurs référents répartis dans toutes les filiales), également agréé pour former des conducteurs externes.

Qu’en est-il des coûts de maintenance des véhicules ?

 

Nous avons constaté que les surcoûts liés à la maintenance commençaient à baisser, notamment parce que nous maîtrisions davantage la technologie et parce que les constructeurs améliorent la fiabilité des moteurs (exemple : vidanges plus espacées). Certes lorsqu’un tracteur gaz tombe en panne, il est parfois plus complexe de le dépanner. C’est pour cela que nous avons lancé l’année dernière un programme de formation de nos mécaniciens pour qu’ils maitrisent mieux cette technologie dans nos propres ateliers.

 

[Cet article vous intéressera aussi : Poids lourds GNC : des véhicules fiables et performants]
 

Justement, le réseau de stations est en plein développement…
 

Jusqu’ici, nous planifiions nos déplacements en fonction des stations disponibles sur nos trajets. C’est de moins en moins le cas, notamment en région parisienne, où l’offre se développe beaucoup. Les choses sont en train d’évoluer dans le bon sens.
 

Avez-vous choisi plusieurs marques pour votre flotte GNV…

 

Notre flotte est composée de véhicules Iveco. Un nouveau modèle de 460 chevaux va arriver cette année, ce qui nous encourage à rester sur cette marque. Bien sûr, nous restons aussi à l’écoute du marché et nous regardons les modèles d’autres marques.

 

Quel est le ressenti de vos chauffeurs, qui conduisent ces véhicules ?
 

La puissance des véhicules GNV de première génération pouvait être problématique. Avec les nouvelles puissances des moteurs, les impressions des conducteurs seront équivalentes à celles éprouvées sur les véhicules gazole. Concernant l’aspect sonore, nos chargeurs et les personnes qui travaillent sur les plateformes logistiques semblent apprécier la réduction considérable du bruit des moteurs tournant au gaz naturel. Enfin, dans les entrepôts, les véhicules GNV sont appréciés car ils ne dégagent quasi plus d’odeur.

 

GNV Mobilité vous recommande aussi :
Le GNV, une énergie plus propre qui répond aux enjeux de la transition énergétique
Gaz naturel pour véhicules : origines, croissance et perspectives