angle-left GNV en Europe

Le GNV décolle aussi chez nos voisins européens

Copyright photo : Julien Eichinger

De l'Italie à la Suède en passant par l'Espagne, le GNV connaît un important développement à travers l'Europe. Une dynamique qui devrait poursuivre son accélération dans les années qui viennent.

 

Le premier trimestre 2019 apporte tout droit d'Espagne une bonne nouvelle pour le GNV. Des statistiques publiées par l'association Gasnam mettent en effet en avant une forte augmentation du parc de véhicules professionnels (poids lourds, cars...) roulant au gaz dans le pays. 8000 sont désormais en circulation sur les routes espagnoles. Cette progression est tout particulièrement sensible concernant les poids lourds GNV, qui atteignent 3407 unités. La croissance est portée majoritairement par les véhicules GNL (+123% depuis 2017), tandis que les véhicules GNC maintiennent leur rythme de progression.

16 % des bus suédois roulent au GNV

La croissance du GNV se poursuit également en Suède. Selon l'association Energigas sverige, au terme d'une année de croissance, le pays comptait, fin 2017, 2533 autobus et 854 poids lourds roulant au gaz. La Suède possède d'ailleurs un taux de pénétration élevé, tout particulièrement sur le marché des bus, avec pas moins de 16 % des véhicules roulant au GNV au sein du parc national en 2016. A titre de comparaison, les bus GNV représentent 10 % du parc en France, 6 % aux Pays-Bas et 1,5 % en Allemagne, selon une étude e-Cube pour le Groupe Total menée en mars 2018.

 

Cette montée en puissance du gaz s'observe également en Italie, où les professionnels sont nombreux à s’équiper. Par exemple, le groupe logistique Lannutti a passé en 2017 un contrat avec Iveco pour la fourniture de 610 poids lourds, étalée sur quatre années. Une partie de ces véhicules roulera au gaz naturel. Récemment, c'est l'entreprise San Pellegrino et son prestataire logistique Koiné qui ont décidé d'acquérir 50 Scania R410 au GNL.

 

Total : un réseau en pleine expansion !

implantation GNV france copyright fotolia viktor88Le développement des véhicules GNV se fait parallèlement au déploiement important de stations GNV à travers le continent. A horizon 2022, le Groupe Total prévoit par exemple d'équiper 350 stations-services en Europe (implantées principalement en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique).

>>> Pour aller plus loin, découvrez
la carte des stations GNV du Groupe Total


 

 

Des politiques publiques favorables au GNV en Allemagne

 

Les politiques publiques de certains pays européens ont elles aussi un impact favorable sur la filière GNV. C'est notamment le cas en Allemagne (comme en France, où la fiscalité sur les véhicules GNV est avantageuse). Depuis le 1er janvier 2019, les véhicules de plus de 7,5 tonnes roulant au gaz sont exemptés de péage autoroutier correspondant à la taxe sur la pollution atmosphérique (l'équivalent d'une « écotaxe »). Des subventions avaient par ailleurs été annoncées en 2018 pour soutenir l'achat de ces véhicules.

 

Les pays européens témoignent ainsi d'une belle santé du GNV. Ce dynamisme avait d'ailleurs été mis en avant par l'association NGVA Europe, dans une étude parue fin 2017. Celle-ci précisait que le nombre de véhicules roulant au GNV avait progressé de 3 % sur l'ensemble du continent en 2016. A l’époque, cette augmentation était particulièrement importante pour les poids lourds, à +15 %.

 

bus GNV copyright fotolia chagpgUne telle montée en puissance est d'ailleurs observée aujourd'hui aussi dans l’Hexagone. En France, le parc de poids lourds au gaz a ainsi progressé de 78 % en 2018 pour atteindre 2282 unités, selon les données de l'AFGNV (Association française du GNV). Au total, on comptait fin 2018 7000 véhicules industriels GNV en France (dont 3199 bus), soit une augmentation de 23 % par rapport à 2017.

 

Selon les observateurs du marché européen, la croissance du GNV devrait se poursuivre et même s'amplifier sur le continent dans les années qui viennent. La part de marché des camions roulant au gaz pourrait même atteindre 25 % en 2030 selon une étude de l'association NGVA Europe et de la European biogas association (EBA). Elle passerait ainsi de 11 500 à 470 000 unités. Même montée en puissance annoncée pour les bus GNV, qui pourraient représenter 33 % du parc, avec 110 000 véhicules en circulation contre 16 000 aujourd'hui.

 

GNV Mobilité vous recommande aussi :
2018, une année « GNV ». 2019, une année « très GNV » !
Le GNV, une énergie plus propre qui répond aux enjeux de la transition énergétique