Asset Publisher

Fiscalité GNV 2020

2/25/20 Des aides sont possibles pour l’acquisition de véhicules GNV en 2020.

  • 3616 Views
  • Share

L’Oise teste le GNV

6/25/20 Keolis expérimente le gaz sur une ligne de car régulière

  • 1914 Views
  • Share

RAMASSAGE ORDURES

5/29/20 La Ville de Paris passe au 100 % GNV !

  • 2640 Views
  • Share

TRANSPORTEUR

5/29/20 Le spécialiste du dernier kilomètre Star Service accélère sur le GNV !

  • 2188 Views
  • Share

Multiplication ZFE

3/19/20 Un atout pour le déploiement du GNV ?

  • 2811 Views
  • Share
Nouveaux pays GNV

Allemagne, Italie, Espagne, Finlande : les pays européens croient de plus en plus au GNV

Alors que le GNV se développe pas à pas dans l’Hexagone, le reste de l’Europe a décidé de passer la vitesse supérieure. Petit tour d’horizon de la situation.

 

 

 

 

 

 


1,2 million de véhicules GNV sur les routes européennes

L’Italie dispose du parc le plus conséquent du continent avec plus de 900 000 véhicules circulant au GNV, suivi de l’Allemagne avec 100 000 véhicules et de l’Espagne avec près de 23 000 véhicules. Sur le marché français, la dynamique est forte, principalement portée par le secteur poids lourd, avec ses 20 000 véhicules fonctionnement en GNV (2% du parc).

Des agglomérations françaises, comme Lille, Nantes, Toulouse, Strasbourg ou Nancy, s’intéressent davantage au GNV pour leur flotte de transport en commun, au point de se détourner des énergies thermiques au profit de carburants plus respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, la France comptabilise près de 4 800 bus et autocars GNV en circulation. La part des véhicules utilitaires légers représente quant à elle 2 véhicules gaz naturel sur 5, ce qui laisse 1 véhicule sur 5 pour les poids lourds et transporteurs (soit 3 513 véhicules).

Une forte croissance en Europe du nord

Le reste de l’Europe tend lui aussi à développer et à démocratiser cette énergie alternative. La Suède fait ainsi partie des pionniers et compte dans son parc plus de 55 000 véhicules. Déterminée à devenir le premier pays à délaisser les carburants avec combustibles fossiles dès 2030, elle multiplie les programmes pour tenir ses objectifs : grands investissements pour dynamiser le marché, promesse de subventions et d’exemptions de taxes pour ceux qui jouent en faveur de la transition énergétique etc.


Son voisin, la Finlande, cherche à suivre cette tendance avec une forte expansion en 2019, passant la barre des 10 000 véhicules roulant au GNV (avec plus de 4 000 nouvelles immatriculations enregistrées rien que l’année passée). Cette tendance ne va pas en s’essoufflant, bien au contraire : le gouvernement finlandais se lance dans un nouveau défi et vise le quintuple d’ici 2030. La Norvège et le Danemark, quant à eux, demeurent encore quelque peu frileux dans leurs campagnes de transition énergétique. Les pays nordiques ne restent toutefois pas inactifs et investissent davantage pour leur réseau de transport en commun avec des bus GNV pour réduire leur empreinte carbone.

Une démocratisation plus lente en Europe de l’est

À l’est du continent, la phase d’essais s'est montrée concluante et de nombreux pays comme la Hongrie s’apprêtent à entrer dans l’ère de la transition énergétique et des actions en faveur de l’environnement, avec l'acquisition de véhicules circulant au GNV, en particulier dans le secteur du transport de marchandises. 

« Grâce à des taux d'émissions et de pollution sonore nettement inférieurs aux autres camions et adaptés au transport longue distance, les véhicules alimentés au gaz naturel constituent une excellente alternative pour le transport routier. Ces caractéristiques sont particulièrement importantes pour nous, puisque nous étudions continuellement de nouvelles possibilités pour réduire l'empreinte écologique de nos activités. Selon les résultats des tests, l’adoption du gaz naturel pourrait également réduire les coûts d'exploitation. En Europe, le nombre croissant de stations-service équipées de gaz naturel représente un réel soutien à cette initiative. » (Ferenc Lajkó, CEO de Waberer's)

GNV : une alternative plébiscitée 

Alors que les véhicules électriques (100% ou hybrides) font beaucoup parler d’eux, les véhicules au GNV se démarquent de plus, en raison de leur crédibilité économique et environnementale, et de leur disponibilité immédiate. 

Les collectivités s’intéressent attentivement aux alternatives proposées pour la transition énergétique, en particulier pour le développement de leur réseau de transports en commun. Aujourd’hui, près de 12% des bus urbains et 10% des bennes à ordures roulent au GNV en France. C’est le cas par exemple pour Roubaix, Tourcoing et Dunkerque dans le Nord, et de Nancy en Lorraine qui ont d’ores et déjà remplacé leur flotte au profit de bus 100% GNV. D’autres villes, quant à elles, entament leur transition plus lentement, en mettant à disposition des usagers des véhicules mixtes entre électrique et diesel.

Le Gouvernement invite également les entreprises spécialisées dans le transport à repenser leur stratégie logistique dans le cadre de la loi LOM (Loi d’orientation des mobilités). Au programme, des subventions et exemptions de taxes attractives pour celles qui envisagent le renouvellement de leur flotte.
 

>>> À lire aussi : La fiscalité du GNV en 2020.


GNV Mobilité vous recommande aussi :
Le GNV chez Total 
FAQ et idées reçues